Les Appels de la Tempête - AT [ANCIENNE VERSION]

NOUVELLE VERSION EN COURS DE CREATION : FORUM-TEST : http://adds.stormcalls.free.fr/test/phpBB3 - Jeu de Rôle Médiéval-Fantasy créé par Faradn. Ne pas recopier les documents présents dans ce forum sans autorisation de leurs auteurs respectifs.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Journal de Furtïav

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faradn
Créateurs & Fondateurs ~ AT
Créateurs & Fondateurs ~ AT
avatar

Nombre de messages : 2544
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Journal de Furtïav   Mar 15 Juil - 12:11

A Furtïav, la capitale du territoire des Sadaïmes, on a fait aujourd'hui une découverte gigantesque.

Le journal de Furtïav a été déterré de sa maison d'enfance, la maison du commandant des armées sadaïmes d'il y a fort longtemps et d'une très grande druide ...

Le contenu de ce journal accélère grandement les recherches sur les assassinats des gardes des villages et effraie tous les territoires.

Ce journal est transmis partout actuellement, et des études sont en cours.


Journal de Furtïav


Les temps sont sombres pour les Sadaïmes. Aujourd’hui, nous sommes attaqués par les Réprouvés, et les Trolls, jusqu’ici pacifiques, voient les richesses et le profit que génèrerait la conquête de notre territoire. Mon père, commandant de l’armée sadaïme, est mort.
Les Réprouvés ont usé de Magie de l’Ombre, ils l’ont corrompu à mort !

On me demande de prendre sa place. Nos forces sont affaiblies. Ces … opportunistes dits « sages » se sont soi-disant réunis afin de choisir si oui ou non je suis « apte » à prendre cette place. Qu’ils aillent tous au diable ! Jamais je ne laisserai des profiteurs se mettre en travers de mon chemin. Oh non, jamais …
Je me servirai de tous les moyens dont je dispose pour annihiler mes opposants.

Le peuple sadaïme s’est maintenant rallié à ma détermination, malgré les petits cris des « sages » inquiets de mon comportement plein de fougue et de rage. Ces ignares ne connaissent rien à la guerre …

Ce matin, avec deux grands voleurs, je suis allé en reconnaissance. Nous avons croisé une patrouille de quinze Réprouvés. J’ai congédié mes gardes. Ils ne devaient rien voir. Je savais que ma mère, druide, fomentait un complot en ralliant tous les druides sadaïmes avec elle. Je n’avais pas l’intention de la laisser faire.
Différents lanceurs de sorts accompagnaient les guerriers Réprouvés de la patrouille.
J’ai tué tous les Réprouvés … sauf … un magicien et un nécromancien. Empoisonnés, ils doivent attendre mon antidote. J’écris ces mots avant de leur apporter. La nuit est tombée. Ces Réprouvés ont beau être … cruels, et repoussants, ils me livreront tout leur savoir ! Je les en obligerai, sous menace de les laisser mourir. Et ils savent très bien qu’ils ne seront pas ressuscités une deuxième fois … si j’ose dire.

Et j’ai osé. Un mois est passé. J’ai vite appris. Néanmoins, lorsque je suis revenu à la capitale, il y a quelques instants … Je l’ai trouvée assiégée par les Réprouvés. Que la Nature les maudisse ! Mais à présent, je sais ce que j’ai à faire …

Me voilà assis à la même table que les plus éminents Sadaïmes du territoire. Enfin … il serait plus juste de dire qu’ils sont assis à la table du plus éminent Sadaïme du territoire. Oui, c’est moi. Cette semaine, j’ai assassiné tous les dirigeants de l’armée des Réprouvés les un après les autres. J’ai détruit toutes leurs armes et empoisonné des régiments entiers.
Sous les yeux ébahis des gardes sadaïmes de la capitale, ils ont battu en retraite. Seul, je me suis avancé vers la porte.
Une crainte respectueuse a envahi tous les Sadaïmes qui me reconnurent non sans mal … J’étais alors sombre et mes vêtements étaient imbibés du peu de sang qu’avaient les Réprouvés que j’ai tués.
On m’a appris que ma mère avait pris le contrôle de l’armée et avait fait circuler des affiches diffamatoires à mon sujet. Elle est morte le soir même.
Je pensais que voir son sang sur mes mains me ferait plus d’effet … Peut-être avait-elle pensé que je n’oserais pas porter la main sur elle ? Grossière erreur.
Il ne faut pas sous-estimer Furtïav, plus grand voleur sadaïme, vainqueur des Réprouvés, qui donne son nom à la capitale …

… Qui a commandé l’armée qui repoussé les Trolls, les Coraks, qui a vaincu sur mer l’alliance formée par les Gnomes et les Humains … Et ce ne sont que de petites batailles. Les différends entre les races ne viennent que du lointain passé. Notre passé, les arbres. Magnifique. Incapables de se servir d’une dague, ils ont donné naissance aux Elfes, une race d’incapables, et aux Sadaïmes. La race qui devait dominer Gilleï Vind. Ces imbéciles d’Elfes s’étaient en plus séparés, et retirés. Ils ne pouvaient rien faire. Ils ne peuvent rien faire. C’est aussi clair qu’est le beau visage violette de Sidïana, ma compagne. Belle, douce, idéale … Et ces propos sont loin d’être idylliques. Sa réputation me l’avait amenée … Et, comme le destin va me donner Gilleï Vind, il me donne Sidïana.

Mes jours sont heureux. Néanmoins, plus de batailles. Notre armée tarde trop à se préparer. J’attends patiemment, et Sidïana me retient, mais … cela ne va pas durer longtemps.

Encore les druides ! Je suis déchiré. Ils avaient ralenti les préparatifs de mon armée et préparé le pire des complots … Une centaine de Sadaïmes sont arrivés dans mon nouveau palais. Ils ont tué ma garde. Mes amis. Mes cousins. Tous ces braves Sadaïmes qui m’avaient toujours soutenu dans mes campagnes, mes conflits et … mes amours.
Je suis dans une prison de magie et de fer. Le sol est inondé de mes larmes et de mon sang. Mais ceci ne suffit pas pour leurs morts … Et surtout, sa mort … Ils l’ont tuée sous mes yeux ! Je suis devenu comme paralysé. Je n’avais pas pu la sauver. J’étais impuissant, pris au piège … Ces traîtres, ces lâches … Ils n’aiment pas les Elfes mais ne valent pas mieux. Un jour, je les tuerai tous.

Ils font durer l’attente, ils veulent que je souffre encore plus. Leur cruauté n’a pas de limites. Soit, ils ont vu le mal en moi, ils on vu le tyran … à raison … Mais ils, … m’ont tout enlevé. Un vieux druide a osé venir m’affirmer que j’avais moi-même créé mon malheur. Le traître. J’aurais pu dévoiler mes pouvoirs, ma magie, le tuer … Mais il n’en valait pas la peine.

Quand je les vois, je pense très fort : « Je vous hais. ». Je les hais. Cela doit faire plusieurs mois que je suis ainsi incarcéré … Leur première belle erreur. Maintenant, je suis prêt. Maintenant, leur seconde erreur serait de me tuer …

Ca y est, on m’a enfin annoncé ma condamnation à mort. Ils doivent se poser des questions … Mais leurs réflexions ont duré trop longtemps. Il est trop tard pour eux, à présent …

Plus que quelques souffles et le bourreau va arriver pour m’emmener sur la place publique et me tuer. Il arrive. Oui ! C’est un magicien. Erreurs sur erreurs, mes braves druides …

Mes pensées sont un livre. Ces pages sont mes pensées. Il sera ; il est. Au plus profond de l’esprit druide d’un foyer vide, il sera caché.

Lorsqu’il sera trouvé, il sera bien trop tard …

Bien trop tard pour garder vos espoirs.



Furtïav
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tonicfusion.free.fr
 
Journal de Furtïav
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Who Cares About Haiti? From Wall St journal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Appels de la Tempête - AT [ANCIENNE VERSION] :: Hors - jeu :: Présentation du Jeu #OLD-
Sauter vers: